Catégories
Actualité Android Google Huawei Microsoft Office

Avec HMS, Huawei ouvre une troisième voie

24 février 2020 – Faute d’avoir pu s’adresser à la presse lors du Mobile World Congress (conséquence du coronavirus covid-19, les dirigeants de Huawei ont usé du streaming vidéo pour présenter de nouveaux produits et leur nouvelle approche. Car loin de refroidir l’entreprise chinoise, les mesures décidées par le gouvernement américain semblent l’avoir incitée à appuyer sur l’accélérateur et à opter ouvertement pour la voie de l’indépendance. Du moins, pour les smartphones et les tablettes.

Un PC qui ressemble à un MacBook Pro
Le nouveau Huawei MateBook X Pro (2020)

Avec Microsoft, pas de problème
Dans un scénario qui semble évoluer de jour en jour, il apparaît en effet que Microsoft n’est plus concerné par les mesures du gouvernement américain à l’égard de l’entreprise chinoise. Celle-ci peut donc produire des PC tournant sous Windows 10 et équipés de Microsoft Office. Et elle ne s’en prive pas: ses ventes auraient doublé en 2019 par rapport à l’année précédente. La tendance pourrait se confirmer cette année avec la sortie de plusieurs PC au design très inspiré par Apple.

Ainsi, plus que jamais, le nouveau MateBook X Pro évoque le MacBook Pro de la firme à la pomme. Désormais alimenté par les processeurs Intel Core de 10e génération – et notamment disponible dans un coloris vert émeraude -, il conserve le design FullView Display pour atteindre un rapport écran/corps de 91 %. Sa commercialisation est attendue en Belgique pour avril au prix de 1800€. D’autres modèles (MateBook 13, MateBook 14, MateBook D 14 pouces, MateBook D 15 pouces) sont annoncés entre maintenant et juin dans une fourchette de prix qui va de 650 à 1200€.

L’enjeu, c’est l’Europe
Aujourd’hui, pour Huawei, la bataille économique et commerciale se concentre cependant d’abord sur le marché des smartphones. Et sur l’Europe.
Absent des vitrines américaines, c’est d’abord sur le Vieux Continent qu’il vend les téléphones à haute valeur ajoutée qui lui permettent de concurrencer l’iPhone d’Apple et le Galaxy S de Samsung tout en générant d’importantes marges bénéficiaires. Pour maintenir cette situation, le numéro deux mondial (240 millions de téléphones vendus dans le monde en 2019) doit continuer à séduire la clientèle européenne. En innovant… et en assurant une fonctionnalité optimale. Or, privés des fameux Google Mobile Services (en résumé: la dernière version d’Android, l’accès au Google Play Store et à toutes les applications de Google comme YouTube, Maps, Gmail, etc.), les nouveaux smartphones haut de gamme de Huawei ne répondent plus à ce deuxième critère.

HMS et AppGallery
Confronté aux mesures du gouvernement américain, le fabricant chinois a déployé une véritable armée dédiée à la recherche et au développement. 80.000 personnes s’activent dans le monde, notamment pour construire ce qui va devenir une troisième voie et, selon lui, la « première véritable alternative ».
Alternative à iOS et AndroidJusqu’à présent, le consommateur avait le choix entre, d’une part, les appareils iOS (Apple) et leur magasin d’applications, l’App Store, et d’autre part, les appareils Android (LG, Motorola, Nokia, Samsung, Sony,…) et leur magasin Google Play Store. Il y aura désormais aussi les appareils Huawei et leur magasin AppGallery. Privé des Google Mobile Services, Huawei crée les Huawei Mobile Services (HMS). Evoquée prudemment voici quelques mois, cette solution est désormais officialisée et la course contre la montre lancée.
L’objectif est clair: convaincre le plus rapidement possible un maximum d’entreprises et de développeurs d’applications d’enrichir l’AppGallery. Au niveau international, il faut évidemment Facebook, Instagram, Netflix, Uber, WhatsApp, etc. Dès à présent, et alors que l’entreprise n’a pas encore officiellement communiqué à ce sujet, il est possible de télécharger des versions tout à fait officielles de Facebook et de WhatsApp, par exemple. Mais l’effort porte aussi aux niveaux nationaux. Chaque pays comprend en effet une série d’applications qui lui sont propres. En Belgique, on pense notamment à celle de la SNCB, à Auvio, à la météo de l’IRM, à celles des banques, etc. La première sur la balle est itsme: l’application d’identification numérique devrait débarquer sur l’AppGallery au cours des prochaines semaines.

Huawei prend le pli du pli
Tout en construisant son nouvel écosystème (« 1+8+N »), Huawei maintient le développement de produits. Avant de dévoiler le P40 à Paris le 26 mars prochain, le fabricant de Shenzen a présenté son deuxième smartphone à écran pliable. Extérieurement, le Mate Xs ressemble très (vraiment très) fort au Mate X présenté voici un an. Il maintient l’approche d’un appareil dont l’écran est placé à l’extérieur, comme la couverture d’un livre et celle d’un léger bord qui sécurise la prise en main. Mais la charnière est revue et la section photo enrichie, tandis qu’un modem 5G fait son apparition et que l’appareil prend en charge les applications multi-fenêtres. Le Mate Xs est annoncé pour avril au prix de… 2.500€ (ouille!).

PC, smartphones et…
A côté des PC et des smartphones, Huawei annonce le MatePad Pro 5G, une nouvelle tablette qui serait la première au monde à permettre le chargement sans fil.
Son écran HD de 10,8 pouces prend en charge la gamme de couleurs DCI-P3 (« qualité cinéma ») et voit ses bords limités à 4,9mm. Cela lui assurerait le rapport écran/corps de tablette le plus élevé au monde, soit 90 %. Ce concurrent déclaré de l’iPad Pro est annoncé pour avril au prix de 600€.

Mieux que Wi-Fi 6
Et puis, on voit aussi arriver le routeur AX3 basé sur la norme Wi-Fi 6+… inconnue jusque là. Huawei dit l’avoir développée sur base de la norme Wi-Fi 6. « La norme Wi-Fi 6+ prend en charge la bande passante du canal de 160 MHz de bout en bout et la technologie dynamique à bande étroite exclusive de Huawei. Combinées, ces deux percées ont permis d’améliorer considérablement les vitesses et la couverture des signaux Wi-Fi » affirme l’entreprise. Le Huawei Wi-Fi AX3 est équipée du chipset Gigahome 650, ce qui lui permet de prendre en charge le fonctionnement à double bande et double courant (DBDC) à des vitesses allant jusqu’à 3000 Mbps. « Lorsqu’ils sont utilisés avec un appareil Huawei qui prend également en charge le Wi-Fi 6+, les routeurs Huawei Wi-Fi AX3 peuvent offrir une meilleure couverture du signal et des vitesses supérieures à celles des routeurs Wi-Fi 6« .

La suite est à venir
Enfin, Huawei a dévoilé une enceinte audio baptisée Sound X et développée en partenariat avec les Français de Devialet. La suite est à venir. Car les ambitions ne manquent pas. Dans un univers plaçant le smartphone au centre, le fabricant chinois décrit un premier cercle de secteurs où se côtoient PC, télévision, écouteurs, enceintes, tablettes, lunettes et montres connectées et enfin télématique. Un deuxième cercle va plus loin et couvre les loisirs, la maison connectée, la cartographie, le bureau mobile, la santé connectée « Nous créons un monde où tout fonctionne ensemble de manière intelligente, transparente et sans effort » déclare l’entreprise.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *