Catégories
Actualité CES Sony Télévision

Vision-S, la surprise de Sony

7 janvier 2020 – Après le Walkman, verra-t-on un jour apparaître une Drive(wo)man? A Las Vegas, Sony a en tout cas pris tout le monde de court en dévoilant une concept-car.

La Vision-S est une voiture électrique dont l’ambition officielle est de rassembler les différents terrains d’expertise de Sony dans le secteur de la mobilité embarquée: système audio-vidéo, navigation, sécurité,… Mais le fabricant japonais ne s’est pas contenté d’intégrer ces différents éléments dans un véhicule existant. Ils en ont créé un de toutes pièces et l’ont doté de deux moteurs électriques qui lui permettent de passer de 0 à 100 km/h en 4,8 secondes et d’atteindre une vitesse de 240 km/h.
Sony envisagerait-il de concurrencer Tesla? On en doute vu la lourdeur et la complexité de mise en place d’un réseau de distribution international sans parler du service après-vente. Autre possibilité: l’entreprise a voulu tâter le terrain et prendra une décision sur base des réactions du public. Il reste en tout cas énormément de questions, à commencer par le traditionnel handicap des voitures électriques: Sony n’a pas dit un mot quant à l’autonomie de la Vision-S. En revanche, ses responsables se sont étendus sur un sujet beaucoup plus concret: la télévision.

Pas de casque, mais des TV et de la 8K
Une très large gamme de nouveaux modèles est annoncée. On y trouve du LED et de l’OLED, du 4K (A8 & A9) et du 8K (ZH8), beaucoup de Dolby Vision et de Dolby Atmos avec, souvent, la compatibilité assurée pour AirPlay 2, HomeKit et Amazon Alexa.

Sony LED 8K Full Array ZH8

Pour la mise sur le marché et connaître les prix, faudra repasser! Aucune information n’a fuité.
Même si la 8K est toujours reste un concept flou et inaccessible pour la majorité des consommateurs, le modèle fleuron de Sony est désormais la série LED 8K Full Array ZH8. Et pour tenter de convaincre les consommateurs, le fabricant insiste sur le fait que ses processeurs assurent une conversion ascendante de tous les contenus « en une qualité proche de la 8K grâce à la base de données 8K exclusive de Sony« .
Et, pour ceux qui attendaient/espéraient une nouveauté du côté des casques audio, non, Sony n’a pas profité du CES pour dévoiler  un successeur au WH-1000XM3. Il faudra probablement attendre l’IFA (début septembre) pour découvrir le WH-1000XM4.

 

Catégories
Actualité Photo Sony

Avec l’Alpha 7R Mark IV, Sony monte en définition

17 juillet 2019 – Un capteur de 61 mégapixels! Face au CMOS de 47 MP du Lumix S1R de Panasonic et du Q2 de Leica, Sony siffle la fin de la récréation. Avec son nouveau Alpha 7R Mark IV, le fabricant japonais démontre qu’il n’est pas seulement celui qui a « créé » le marché des appareils photo hybrides plein format 24 x 36. Mais aussi qu’il entend en rester le maître. En termes de définition et de performances.

En gros, l’Alpha 7R Mark IV, c’est…
Le premier capteur d’image CMOS Exmor R™ (rétroéclairé) plein format (35mm) au monde de 61.0 mégapixels, doté d’un processeur d’image BIONZ X™ nouvelle génération.
Un système de stabilisation d’image mécanique intégré sur cinq axes
Une plage de dynamique de 15-stop (diaphragme) en basse sensibilité, offrant des gradations précises, délicates et naturelles, depuis les zones les plus lumineuses aux noirs les plus profonds.
Un mode rafale qui atteint 10 images/s (oui, cela fait 610 millions de pixels par seconde!) avec suivi permanent AF/AE pendant env. 7 secondes et env. 20 secondes en mode APS-C.
Un Auto Focus sur le capteur d’image de 567 points à détection de phase, couvrant 74 % de la surface de l’image, et 425 points à détection de contraste.
Une mise au point avec un suivi en temps réel avancé du sujet et la mise au point Eye AF en temps réel pour les photographies, et le suivi en temps réel Eye AF pour l’enregistrement vidéo.
Une résolution de 26,2 mégapixels en mode crop APS-C, avec reconnaissance des objectifs dédiés APS-C.
Un viseur OLED Tru-Finder™ de 5,76 millions de points à la définition UXGA (Ultra-XGA) offrant une résolution 1,6 fois supérieure à celle de l’Alpha 7R III.
La prise en charge du Wi-Fi haut débit.
L’enregistrement vidéo 4K Professionnelle.
Ergonomie, connectivité et autonomie de la batterie améliorées
Résistance accrue à la poussière et à l’humidité

Quand et combien?
L’Alpha 7R Mark IV devrait être commercialisé dans le courant du mois d’août au prix approximatif de 4000€.

Catégories
Actualité Sony

Nouveaux écouteurs à réduction de bruit active chez Sony

7 juillet 2019 – En septembre dernier, Sony secouait la concurrence en sortant le WH-1000XM3. A ce stade, il constitue encore et toujours le meilleur casque sans fil à réduction de bruit active: qualité audio, confort, intelligence de la conception, performance du système de réduction de bruit,… Mais entretemps, les ingénieurs du fabricant japonais ne se sont pas tournés les pouces. Et aujourd’hui, Sony annonce la prochaine sortie des écouteurs WF-1000XM3.

L’appellation très proche de celle du casque s’explique par l’utilisation du QN1e, une version miniature du même processeur que celui qui équipe le casque WH-1000XM3 pour le système anti-bruit. Peut-on effectivement attendre des performances similaires de la part d’écouteurs « true wireless »? A voir.

Sony a aussi repris l’intelligent principe de pouvoir momentanément supprimer les effets du « noise cancelling ». Ici, différence de format oblige, on n’utilise pas la main, mais un doigt.

Parmi les autres informations déjà communiquées par Sony, on note une autonomie annoncée de 24h (!), un système de charge rapide offrant 90 minutes de fonctionnement après 10 minutes de charge et une compatibilité Bluetooth 5.0.

Les écouteurs WF-1000XM3 – noirs ou argentés – sont annoncés pour le mois prochain au prix de 250€.

Catégories
Actualité Apple Galaxy Huawei iPhone LG Electronics MWC Nokia Samsung Smartphone Sony Xiaomi

A Barcelone, la mode est à la mise en plis

23 février 2019 – Cela ne fait pas un pli (désolé), la grande tendance 2019 dans le domaine des smartphones sera sans conteste les modèles pliables. Quelques mois après Royole, trois jours après la présentation officielle du Samsung Fold (voir photo), l’édition 2019 du Mobile World Congress (MWC) devrait se traduire par de nombreux smartphones « foldable ».

Chez Huawei, cela ne fait aucun doute. L’invitation à la conférence de presse de demain montre clairement le « V » formé par la « charnière » séparant les deux moitiés de l’écran. Et si certains avaient encore des doutes, il suffira de jeter un coup d’œil sur les affiches qui fleurissent depuis ce matin dans les rues de Barcelone! Le nom de l’appareil y est même dévoilé: ce sera le Huawei Mate X. Demain, sur le coup de 14h, on attendra essentiellement les réponses à cinq questions: quel sera son prix, quand et où sortira-t-il, sera-t-il 5G et enfin quelles sont les différences avec les modèles déjà dévoilés?

Le prix du pli
Et ces questions se poseront aussi à d’autres fabricants. Car, à partir de lundi, on s’attend à découvrir des smartphones pliables chez Xiaomi, Oppo, Motorola, TCL ou encore Intel. Comme d’habitude, Apple snobera le rendez-vous du MWC, mais il se murmure que la formule pliable est aussi à l’étude à Cupertino.
C’est comme si personne ne voulait rater un train… dont, à ce stade, l’intérêt semble encore flou. Certes, il s’agit d’une prouesse technologique. Et, oui, ce n’est probablement qu’une étape avant, par exemple, une sorte de « bracelet » que l’on s’enroulera autour du poignet. Mais aujourd’hui, le concept pose surtout des questions.
Verra-t-on une ligne au milieu de l’écran? Quels sont les risques de bris de l’invisible charnière… et de l’écran? Alors que les smartphones ont connu ces dernières années un impressionnant régime minceur, va-t-on devoir s’habituer à nouveau à de « gros » smartphones? Quel est le « bon » format d’écran à adopter? Une norme standard va-t-elle s’imposer ou risque-t-on d’avoir plusieurs rapports longueur/largeur selon le fabricant… avec tout que cela aura de chaotique pour les créateurs d’application? Quel sera l’impact de la taille de l’écran sur l’autonomie de la batterie? Et évidemment quid du prix? Pour rappel, chez Samsung, on évoque un montant proche des 2000€.

Après le pli, le geste
Au MWC 2019, LG devrait dévoiler un smartphone qui ne nécessiterait plus obligatoirement de commandes tactiles. Plus besoin de toucher l’écran: il suffirait d’esquisser quelques gestes. Comment cela fonctionne et quel est l’intérêt de ce système? A voir! Comme beaucoup d’autres, le fabricant sud-coréen devrait également dévoiler un ou plusieurs modèles 5G.

Light of Day
Dans le monde des smartphones, Sony mérite largement le titre de roi de la photo. Pas tant pour ses propres appareils que pour les capteurs qu’il fournit à la plupart des autres fabricants. Mais le rendez-vous de Barcelone pourrait constituer un changement. Le géant japonais a récemment établi un accord de partenariat avec l’américain Light, célèbre pour son appareil photo à 16 objectifs. Le mariage de l’expertise des deux entreprises pourrait offrir quelque chose d’inédit. Mais rien n’assure qu’on pourra déjà en découvrir un premier résultat au MWC 2019.

En bref…
Chez HMD Global (traduction: les smartphones Nokia), la vedette devrait aller au nouveau 9 PureView qui serait équipé de 5 capteurs photo. Et enfin, chez Xiaomi, le MWC 2019 devrait offrir l’occasion d’une présentation européenne du Mi9, d’un smartphone pliable (probablement un prototype) et bien sûr aussi d’un modèle 5G.

Catégories
Actualité Alcatel Alcatel Apple BlackBerry Economie Enquête HTC Huawei IDC iPhone Nokia Samsung Smartphone Sony Xiaomi

La smartphonemania a-t-elle atteint son sommet ?

31 janvier 2019 – Le cabinet IDC vient de communiquer ses estimations du marché mondial des smartphones pour le 4e trimestre 2018. Sur base de ces chiffres, Apple aurait repris la deuxième place du podium… malgré des ventes en baisse de 11,5%. Samsung conserve sa position, mais voit ses propres résultats diminuer de 5,5%. Plus que jamais, avec une progression de près de 44%, Huawei apparaît comme le gagnant de la période.

Mais le géant chinois va-t-il réussir à maintenir cette avancée en 2019? Accusée par le gouvernement américain d’avoir violé son embargo sur les livraisons à l’Iran, soupçonnée aussi de vol de technologies, l’entreprise chinoise s’est retrouvée malgré elle sous les spots de l’actualité ces derniers mois. Ses ventes pourraient-elles en souffrir alors qu’elle semblait partie pour réussir son pari et devenir le n°1 mondial du smartphone d’ici la fin de l’année prochaine? A voir.

Les chiffres communiqués par IDC montrent aussi que les 5 grands dominent toujours un peu plus. Ils totalisent 257,1 millions d’appareils vendus. Ensemble, tous les autres fabricants (Alcatel, Archos, Asus, Blackberry, HTC, LG, Motorola, Nokia, Sony, Wiko,…) n’ont réussi à en écouler qu’un peu plus de 118 millions. Une part en baisse de 18,5%.

Voilà pour les chiffres du 4e trimestre 2018. Mais si on considère l’ensemble de l’année dernière, l’information varie quelque peu. La part des « Others » accuse une baisse plus importante: -19,4%. Et si Apple a vu ses ventes diminuer de 3,2%, celles de Samsung ont chuté de 8%. Les plus belles progressions sont enregistrées par Xiaomi (+32,2%) et ici encore par Huawei (+33,6%). On note aussi que les consommateurs ont acheté moins de smartphones en 2018: 1,404 milliard1,465 en 2017.  Une baisse de 4,1%. L’arrivée sur le marché d’appareils pliables et de modèles 5G est-elle de nature à bousculer ce paysage? On en saura probablement davantage d’ici un mois avec l’édition 2019 du Mobile World Congress.

Catégories
Actualité Galaxy Google Huawei LG Electronics Nokia Samsung Smartphone Sony Xiaomi

Les nouveaux smartphones se ramassent à la pelle

9 octobre 2018 – Une impressionnante série de nouveaux smartphones va débarquer au cours des prochains jours et semaines.

Le premier à frapper sera Huawei, dès mardi, le 16 octobre. Des tas de rumeurs circulent depuis des semaines quant au Mate 20, au Mate 20 Pro et au Mate 20 Porsche Design. 3 nouveaux smartphones? Il devrait y en avoir un quatrième. Tout indique que la présentation prévue à Londres comportera aussi un Mate 20X pensé pour le jeu vidéo.
Basé, comme certains de ses « cousins », sur le processeur Kirin 980, il serait doté d’un écran AMOLED de 7,21 pouces offrant une résolution de 2240×1080 et d’un capteur d’empreinte digitale sur la face arrière. Sa plus grande différence toucherait au système de refroidissement: combiné à une autonomie renforcée par une puissante batterie, il permettrait de jouer plus longtemps.

Le jeu vidéo pour les businessmen?
On peut néanmoins s’interroger quant à la consistance de l’approche. Chez Huawei, la gamme Mate est traditionnellement orientée vers un utilisateur « professionnel ». Un smartphone conçu pour le jeu vidéo n’aurait-il pas eu davantage sa place dans la gamme P voire sous le label Honor (Play)? Le créneau des smartphones orientés jeu vidéo est en tout cas l’une des tendances porteuses d’aujourd’hui: Razer Phone, Xiaomi Black Shark, Sony Xperia XZ2,…

Et précisément, chez Honor, on devrait découvrir le 31 octobre, à Berlin, un Magic 2, peut-être basé sur le même processeur Kirin 980. Il se caractériserait par une conception de type « slider »: une partie de la coque pourrait glisser vers le haut afin de dévoiler le ou les capteurs photo. Honor reprendrait ici l’esprit du Find X d’Oppo ou du NEX S de Vivo. Reste la question de savoir si ce mouvement serait motorisé.

On note par ailleurs que, le 15 octobre – veille de l’événement de Huawei -, Xiaomi devrait présenter Mi MIX 3. Il s’agira du remplaçant du Mi MIX 2S… et aussi d’un concurrent du Honor Magic 2.

La fiesta du mois ne s’arrête pas là: le 30 octobre, OnePlus dévoilera à New York le 6T sous le thème « Unlock the speed ». Les rumeurs évoquent un écran OLED de 6,41 pouces offrant une résolution de 2340×1080. Comme d’autres nouveaux smartphones attendus cet automne (Huawei Mate 20 Pro?), le lecteur d’empreinte serait directement intégré dans l’écran.

On passe rapidement sur les nouveaux smartphones de Google, les Pixel 3 et Pixel 3 XL dévoilés hier: comme d’habitude, l’entreprise américaine, actuellement empêtrée dans le scandale des 500.000 comptes Google+ exposés en raison d’une faille de sécurité, ne semble pas avoir prévu de les commercialiser chez nous.

Au niveau des interrogations, et outre des inconnues concernant Nokia ou LG, il reste le cas Samsung. Dépassée par Huawei sur le plan marketing, l’entreprise sud-coréenne pourrait être tentée de frapper un grand coup en dévoilant un smartphone pliable. Cet appareil ne serait pas commercialisé avant 2019. L’opération viserait seulement à remettre la marque sous les spots de l’actualité dans la perspective des ventes de fin d’année. Depuis le Galaxy S9, sorti en mars dernier, et le Note 9, en août, Samsung n’a dévoilé aucune nouveauté notoire.

Catégories
Actualité Canon Nikon Olympus Photo Photokina Sony

Panasonic adopte le plein format

25 septembre 2018 – Comme on s’y attendait, Panasonic adopte le plein format. Les deux premiers appareils sont attendus pour le début de l’année prochaine.

Cette fois, la bataille de l’hybride à capteur 24×36 est déclarée…

L’histoire démarre voilà dix ans. En 2008, Panasonic lance le Lumix G1, le premier appareil photo sans miroir, avec viseur électronique et capteur au format Micro 4/3: un appareil à objectifs interchangeables plus compact que les reflex.

La concurrence observe et ricane… avant de s’étouffer. Car le succès est au rendez-vous. Il va conduire Nikon à réagir en 2011 avec les modèles J1 et V1 et Canon, un an plus tard, avec l’EOS M. Le concept général séduit les consommateurs, mais sans totalement convaincre: de nombreux modèles reflex conservent l’avantage d’un capteur plein format.

Leica élèvera le niveau du débat avec le M9, sorti en 2009: ce sera le premier hybride avec capteur plein format (24 x 36) à être commercialisé. Une bonne idée… vendue au prix fort – 5500€ -, ce qui en limitera le succès commercial.

Sony ne commettra pas la même erreur: son Alpha 7, lancé en 2013, sera vendu 1800€ en kit avec le zoom 28×70. Par sa différence et ses incontestables qualités, ce modèle va redistribuer les cartes. Et provoquer des crises dans les QG des grands noms de la photo.

5 ans après…
Il aura fallu attendre 5 ans pour voir les trois mousquetaires réagir. Nikon et Canon, d’abord, cet été. Et aujourd’hui, à la Photokina, Panasonic a confirmé ce que chacun prévoyait. Pas question pour le géant japonais de perdre pied dans un secteur où il est parvenu à occuper une place de choix. Panasonic adopte le plein format et ne s’engage pas seul dans la bataille. Histoire d’affronter ses adversaires avec des moyens importants, Panasonic s’appuiera sur un partenariat établi avec Leica et Sigma, autour de la monture L de Leica. Cette alliance pourrait se révéler essentiel face à l’offre d’objectifs proposée par Canon, Nikon et Sony.

Les deux premiers appareils de Panasonic seront le Lumix S1 (24 mégapixels) et le Lumix S1R (47 MP), tous deux programmés pour le début de 2019. Panasonic entend y exploiter son expertise en vidéo 4K et en stabilisation d’image, notamment. Le fabricant annonce « des performances professionnelles, sans compromis ». Les deux nouveaux appareils pourront accueillir tant une carte XQD qu’une SD. A ce stade, aucune estimation de prix n’est encore communiquée.

Que va faire Olympus?
Si Panasonic adopte le plein format, il n’entend pas fermer celui du capteur Micro 4/3. Ainsi, on apprend le développement du LEICA DG VARIO-SUMMILUX 10-25 mm F1.7 qui offrira une ouverture constante de F1.7. Cela devrait rassurer Olympus – co-partenaire du système Micro 4/3 -, du moins à court terme. Mais le mystère demeure pour la suite. A quelques mois de son centenaire, Olympus peut difficilement rester absent de cette nouvelle gamme. Va-t-il décider de jouer en solo ou plutôt d’accompagner Panasonic dans cette nouvelle aventure? Cela conforterait le front anti-CNS (Canon Nikon Sony). A suivre. 

Catégories
Actualité Canon Huawei Nikon Photo Photokina Smartphone Sony

La Photokina 2018, la dernière… avant la nouvelle

24 septembre 2018 – La Photokina 2018 ouvrira ses portes mercredi, mais c’est demain, 25 septembre, que les grosses annonces devraient tomber avec les conférences de presse de Sony, Nikon, FujiFilm ou encore Olympus. Et la cuvée 2018 promet d’être un crû à part. Pour de multiples raisons.

68 ans, toutes ses dents
C’est en 1950 que s’est tenue à Cologne la première édition de ce qui allait devenir le plus grand salon photo au monde. La photo au sens large et tant pour le particulier que pour le professionnel: des appareils, bien sûr, mais aussi des objectifs, des accessoires (pieds, sacs, etc.), des albums, des cadres ou encore tout le matériel d’impression que vous trouverez chez le spécialiste du coin. En 1966, la manifestation devenait bisannuelle. Et c’est la dernière fois, cette année, qu’il en est ainsi: dès 2019, la Photokina se tiendra tous les ans. Pour l’année prochaine, on sait déjà que ce sera du 8 au 11 mai. Inutile de préciser que, en 68 ans, le monde de l’image a changé. La révolution numérique a renversé et fait disparaître des ténors d’antan tout en glissant un appareil dans la poche de chacun sous la forme du smartphone.

Le smartphone est roi
Entre 2011 et 2017, le nombre de « vrais » appareils photo vendus en Belgique est passé d’un peu plus de 760.000 à moins de 180.000. La disponibilité et la facilité du smartphone font que beaucoup s’en satisfont pour capturer photos ou même vidéos. Pourquoi alors acheter un autre appareil? La tendance est nette. D’ailleurs – et c’est peut-être la première fois -, un fabricant de smartphones sera présent cette année à Cologne.

Trouble-fête, pionnier, avant-gardiste…?
A côté des exposants traditionnels, on trouvera en effet le géant chinois Huawei. Avec son P20 Pro, l’actuel numéro deux mondial du domaine avait frappé fort en proposant trois capteurs photo. Aujourd’hui, six mois après sa sortie (une éternité dans ce secteur à l’évolution fulgurante), il constitue toujours une référence. La présence de Huawei à la Photokina 2018 est-elle une provocation? Même pas: c’est seulement la démonstration de l’ambition et de l’avancée technologique du fabricant, qui ne redoute pas la comparaison avec les spécialistes traditionnels, et… une attitude réfléchie sur le plan stratégique. Le 16 octobre, l’entreprise présentera de nouveaux modèles dont un Mate 20 Pro qui pourrait encore élever le débat.

Sony montre la voie
Comment convaincre le consommateur d’investir à nouveau dans de « vrais » appareils photo? Aujourd’hui, l’unanimité semble se faire autour d’un concept: l’appareil hybride à format 24×36. Les qualités et avantages du reflex à capteur plein format sont réels, mais le volume et le poids de l’appareil auraient tendance à en décourager plus d’un. Le premier à avoir compris le message est Sony. Il est présent sur ce créneau depuis 2013. Et la chose ne manque pas de piquant quand on sait que, de tous les acteurs du monde photo, Sony est celui qui est le moins affecté par les succès photographiques du smartphone… puisqu’il en fournit les capteurs à presque tous les fabricants! Pour les autres, en revanche, il y urgence: le créneau des hybrides à capteur plein format est l’un des rares à enregistrer une croissance. Il faut rapidement s’y positionner et croquer une part du gâteau. En affrontant les A7 III et A7R III de Sony.

Tous n’ont d’yeux que pour l’hybride à capteur plein format
Voici quelques semaines, Nikon s’est jeté à l’eau avec les Z6 et Z7. Peu après, Canon annonçait l’EOS R.  Et de persistantes rumeurs laissent entendre que, dès demain, Panasonic dévoilera lui aussi un premier hybride à capteur plein format. Olympus – co-propriétaire, avec Panasonic, du système 4/3 – fera-t-il de même? Réponse à la Photokina 2018 dans les prochaines heures.

Catégories
Acer Actualité Amazon Apple Apple Watch Bose Garmin Huawei iPad iPhone LG Electronics Philips Samsung Sony Télévision TP Vision TV

IFA 2018: demandez le programme!

29 août 2018

L’IFA 2018 ouvre ses portes ce vendredi 31 août à Berlin. L’édition 2018 de l’IFA sera-t-elle un grand crû? Réponse au cours des prochains jours. Pas mal de nouveautés vont en tout cas y être dévoilées… et on en connaît déjà certaines.
En télévision, LG et Samsung – ils ne seront peut-être pas les seuls – vont se lancer dans les modèles 8K. Et, chez Samsung – toujours fidèle à la technologie QLED -, on ne serait pas surpris d’en découvrir l’un ou l’autre dans nos magasins avant la fin de l’année. Reste à savoir s’ils y resteront ou s’ils seront effectivement achetés par des consommateurs: le prix risque d’être élevé. En outre, les contenus sont rares sinon inexistants. Pour un bon moment, on risque de devoir surtout tabler sur le suréchantillonnage de contenus 4K… eux mêmes encore très peu fréquents. A suivre.
Autre acteur très attendu en télévision: TPVision. L’entreprise responsable de la production et de la commercialisation des téléviseurs Philips nous avait permis, voici quelques mois, de découvrir en avant-première une technologie bluffante. Elle pourrait être officiellement dévoilée à Berlin.

La boîte à surprises
Il y a fort à parier que Sony aura également quelque chose à montrer en termes de téléviseurs, mais ce qui est sûr, c’est qu’un nouveau smartphone de la gamme Xperia (XZ3 ?) sera dévoilé. Il se distinguerait par un unique capteur photo de 48 megapixels. Autre certitude: l’entreprise japonaise présentera à l’IFA une nouveauté dans le domaine audio. Nous n’avons pu obtenir aucune précision, mais on ne serait pas surpris qu’il s’agisse d’un nouveau casque audio sans fil et suppression de bruit. A confirmer.

La guerre du son
Pour la première fois, une « pointure » d’Amazon – Daniel Rausch, vice-président de la division Smart Home de l’entreprise américaine – délivrera un « speech » officiel. L’occasion d’annoncer une actualisation de la gamme présentée dans certains pays d’Europe par rapport à ce que l’on trouve depuis des mois aux Etats-Unis? De dévoiler de nouvelles enceintes connectées? D’officialiser la disponibilité d’Alexa en Belgique? Probablement pas. Mais on peut espérer. Bose, en tout cas, sera présente avec l’enceinte Home 500 et les barres de son Soundbar 500 et 700 Caractéristique commune: elles sont connectées et compatibles Amazon Alexa. La compatibilité AirPlay 2 serait planifiée, mais rien, en revanche, pour Google Assistant. Cela sonne comme une réponse de Bose à Sonos.

Anémone devrait aimer
Personne ne connaît Royole, et ce n’est probablement pas demain que l’on trouvera les produits de ce fabricant dans nos magasins. Du moins sous son label. Car cette entreprise californienne devrait dévoiler à l’IFA un écran OLED souple et pliable d’une épaisseur de 0,01 mm. C’est fin, c’est très fin. Et cela pourrait ouvrir la voie à des écrans que l’on roulerait autour de son poignet ou comme des parchemins.

C’est l’heure
Désormais numéro deux mondial du smartphone, Huawei a d’ores et déjà bloqué les dates pour présenter ce qui devrait être le Mate 20: ce sera mi-octobre. La présentation programmée ce jeudi à Berlin devrait dès lors se concentrer sur le futur microprocesseur qui sera le cerveau de cet appareil plutôt orienté vers le marché professionnel. Le successeur du Kirin 970 pourrait notamment marquer une nouvelle avancée du fabricant chinois dans le domaine de la réalité augmentée et de l’autonomie. Et comme il est fort peu probable que l’entièreté de la conférence tourne autour de ce seul sujet, on peut s’attendre à d’autres nouveautés. Une smartwatch n’est pas exclue. La concurrence devient rude dans ce secteur, même s’il est largement dominé par l’Apple Watch. Des nouveautés sont attendues chez Fossil, Garmin, Misfit ou encore Casio.

Poids plume
Les records sont faits pour être battus et Acer vient d’en battre un: à 990 grammes, le Swift 5 serait le plus léger notebook 15 pouces au monde. Cet appareil est équipé d’un écran tactile Full HD offrant un ratio taille/écran de 87,6%. Sa commercialisation chez nous est attendue pour novembre, et à partir de 1100€.

Enfin, et comme d’habitude, Apple sera absent de la manifestation berlinoise. Du moins officiellement. A une quinzaine de jours de l’annonce officielle des nouveaux iPhone et peut-être d’autres appareils (Mac Mini, iPad Pro, MacBook,…), de très nombreux fabricants s’emploieront à dévoiler des accessoires et autres appareils compatibles Mac, iPhone, iPad, Watch,… De quoi, peut-être en en apprendre quelque peu sur les futures nouveautés d’Apple…

Catégories
Acer Actualité Alcatel Alcatel Android Apple Economie Gartner HTC Huawei iPhone Lenovo LG Electronics MWC Nokia Samsung Smartphone Sony

Baisse des ventes de smartphones

Les chiffres que vient de publier le bureau d’études Gartner sont sans appel: ils montrent une baisse des ventes de smartphones dans le monde au quatrième trimestre 2017. Une tendance inédite depuis près de 15 ans… (même si, au total de l’année 2017, les ventes ont progressé d’un peu plus de 2,5% par rapport à 2016).
A la veille de l’ouverture de cette grand-messe de la téléphonie mobile qu’est le Mobile World Congress, voilà qui risque de faire jaser. Car cette situation peut donner lieu à plusieurs observations et explications.

Recul des leaders
On note tout d’abord que Samsung et Apple, les deux leaders, voient leurs ventes diminuer: -4 millions d’unités chez Apple, – 2,5 millions chez Samsung. Dans le même temps, ces reculs n’entrainent pas une baisse de leurs parts de marché respectives. Au contraire: celle de Samsung progresse de 0,4%, celle d’Apple de 0,1%. L’explication vient de la ligne « Others »: les ventes des fabricants situés au-delà de la 5e place (on y trouve Acer, Alcatel, Archos, Asus, HTC, Lenovo, LG, Motorola, Nokia, Sony, Wiko, etc.) ont chuté de 195 à 163 millions, environ, soit davantage que les deux leaders.

Derrière Samsung et Apple, on note la présence de trois fabricants chinois. Positionné à la quatrième place, Xiaomi enregistre la plus belle progression, notamment grâce à ses bons résultats en Asie. L’ambitieux Huawei complète le podium, mais reste à bonne distance du second.

On sait qu’Apple ne court pas derrière les parts de marché: pour le géant californien, c’est la marge bénéficiaire qui compte et sur ce point en tout cas, les choses continuent à bien se passer pour lui, même s’il enregistre une baisse des ventes. Mais la montée en puissance de ses poursuivants et l’absence d’unanimité derrière l’iPhone X doivent sonner comme un avertissement.

Le gros problème des smartphones aujourd’hui, c’est la difficulté de les différencier (surtout dans l’écosystème Android, qui représente près de 86% du marché) et de constater de réelles, spectaculaires et utiles évolutions entre deux générations. Le consommateur en tire les conclusions logiques et ne rachète plus un nouveau smartphone chaque année.