L’Europe de l’audio-vidéo vient d’être mise au tapis. Philips restait le seul grand nom du continent à pouvoir défendre une place de géant mondial aux côtés des Sony, Panasonic et autres Samsung. Mais hier, l’entreprise néerlandaise a tourné une page de son Histoire. Une page qui clôt un chapitre de 80 ans. Cela faisait des années que l’idée circulait. Mais on avait des difficultés à imaginer Philips se retirer d’un marché aussi capital que celui des téléviseurs. Nouvellement promu à la tête de l’entreprise, Frans van Houten n’a pas eu la patience ou la prudence de ses prédécesseurs. Il est vrai qu’ils avaient progressivement ouvert la voie en indiquant qu’aucun produit n’était « tabou ». Et ils avaient osé, voici quelques années, déménager le QG de l’entreprise d’Eindhoven à Amsterdam.

Quelques années après avoir laissé tomber le marché américain – au terme d’un accord avec Funai -, Philips va regrouper son activité de téléviseurs pour le reste du monde au sein d’une joint-venture avec TPV Technology, une entreprise de Hong Kong spécialisée dans les écrans plats. Philips n’aura que 30% des parts de cette association dont les produits pourront utiliser sa marque et son logo pendant cinq ans. Voilà qui n’est pas sans rappeler un autre épisode de l’histoire de l’entreprise néerlandaise: quand elle abandonna sa division du « gros blanc » (électroménager: frigo, lave-vaisselle,…) à Whirlpool.

Bien sûr, la division TV de Philips perdait de l’argent. Ce n’était pas une question de qualité ou de caractéristiques – ses téléviseurs sont excellents et le système Ambilight est une exclusivité de l’entreprise néerlandaise -, mais bien de guerre des marchés. Traditionnellement, les candidats au trône, ou seulement au podium, cassent les prix. En TV, c’est le désormais leader, Samsung, qui s’y emploie, rendant par là l’existence des concurrents encore plus difficiles. Philips n’est pas le seul à souffrir. Au terme des résultats engrangés au cours des trois premiers mois de l’année, LG a terminé avec une perte de 152 millions d’euros. C’est le deuxième trimestre de perte consécutive sur le marché TV pour cet autre géant coréen.

Philips devrait se recentrer sur les plus rémunérateurs et prometteurs secteurs professionnels, de la santé et de l’éclairage. A ce stade, il maintient sa division « Lifestyle » – dont les téléviseurs font (ou faisaient…) partie – autour de produits aussi variés que les rasoirs, les machines à café (Senseo) ou les stations iPhone. Les coûts de développement et de production n’y sont guère comparables à ceux du marché TV…

 

2 Commentaires

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Veuillez indiquer votre nom ici