Catégories
Actualité Huawei Smartphone

Huawei officialise le Mate 40

22 octobre 2020 – Malgré l’étranglement voulu par l’actuel occupant de la Maison Blanche, Huawei avance. Certes, ses smartphones se vendent moins aujourd’hui en Europe. Mais le fabricant chinois continue à développer de nouveaux produits et à faire valoir sa technologie. Démonstration avec le Mate 40 Pro, dévoilé cet après-midi.

Dans la gamme de Huawei, la série Mate est généralement associée à « de l’innovation de pointe ». On la trouve ici au niveau du design, de la section photo/video, de la commande gestuelle (« Smart Gesture Controls ») mais également avec la fonction EoD (Eyes on Display). Avec elle, il suffit à l’utilisateur de regarder l’écran pour qu’il se réveille et active l’affichage de la date, de l’heure, etc.
De la même manière, si on lit un texte ou une page Web, EoD « verra » vos yeux occupés et n’obscurcira pas la page. Une façon intelligente de gagner en confort tout en sauvegardant l’autonomie de la batterie 4400 mAh.

L’appareil vous suit

Pour la face arrière, Huawei a développé un design… qu’il s’attend à voir copié par d’autres. A confirmer!
Le Mate 40 Pro est équipé d’un triple appareil photo Leica: un capteur principal de 50MP (ouverture f/1.9), un ultra-grand-angle de 20MP, f/1.8, et un capteur téléphoto de 12MP (ouverture de  f/3.4).
Un bon point pour la fonction de « tracking video ». Elle permet de sélectionner une personne ou un animal à l’écran: l’appareil le suivra… tant qu’il ne s’écartera pas trop de son champ de vision. Les youtubers vont aimer.

15,3 milliards de transistors

Le nouveau Mate 40 Pro offre un écran OLED incurvé (88°) de 6,76 pouces (2772 x 1344).
Il s’appuie sur la puce Kirin 9000 – riche de plus de 15 milliards de transistors – qui serait tout à la fois plus puissante et plus économe que le Snapdragon 865+ de Qualcomm.
Répondant à la tendance du moment, ce smartphone bénéficie d’un système de charge rapide. 66W en mode filaire et 50W en « wireless ». Fidèle à son habitude, Richard YU, le PDG, n’a pas résisté à comparer les performances du Mate 40 Pro à celles de deux smartphones rivaux…

Reste la question du prix: 1199€. Certes, c’est un appareil de très haut niveau. Mais c’est beaucoup d’argent pour un smartphone. Et ce l’est plus encore lorsque le joujou n’est pas en mesure de proposer toutes les applis auxquelles l’utilisateur est « accro ». Du moins aujourd’hui. Force est de constater que l’entreprise chinoise a fortement enrichi son portefeuille d’applications. Mais il reste encore beaucoup à faire…

Lunettes connectées: le retour

Parallèlement à ce nouveau smartphone haut de gamme, Huawei a aussi dévoilé une version « Porsche Design » de sa montre connectée Watch GT 2 Pro. Bel objet, mais qui ne devrait pas séduire un public de masse.
Et il y aussi une nouvelle version de ses lunettes connectées. Les Gentle Monster Eyewear II permettent toujours de profiter de musique (jusqu’à 5h) et de passer des appels. Elles gagnent en compacité et existent à la fois avec des verres solaires et des verres correcteurs.

Tiens! Un casque baptisé Studio…

Plus intéressant, probablement, le nouveau casque audio sans fil à réduction de bruit active: le FreeBuds Studio (des rumeurs annoncent l’arrivée prochaine chez Apple d’un casque baptisé AirPods Studio…) semble devoir se positionner en concurrent du remarquable WH-1000XM4 de Sony. L’objet est élégant et bénéficie d’oreillettes de 65 x 42 mm avec coussinets en cuir. Huawei annonce une réponse en fréquence de 4Hz à 48 kHz. Trois modes de réduction de bruit qui « peuvent s’adapter à l’environnement« . Selon l’entreprise, le Huawei FreeBuds Studio serait « le premier casque sans fil à double antenne au-dessus de l’oreille qui offre une couverture de signal Bluetooth omnidirectionnelle à 360°« . Au niveau de l’autonomie, on devrait compter sur 24 heures de lecture audio (20h si le système de réduction de bruit est activé). 10 minutes de charge suffiraient à permettre 8h de lecture audio.

Huawei FreeBuds Studio

C’est seulement à la fin de sa présentation que Richard Yu a évoqué – très brièvement – les sanctions « non justifiées » imposées par la Maison Blanche. Il a parlé d’une « période très difficile » avant d’indiquer que Huawei investit dans « la technologie et dans l’innovation afin d’améliorer la vie de l’humanité« . Le message subliminal est-il « Après la pluie, le beau temps » ? Faut-il le lire comme « Après Trump, Biden » ?

Eclairage

On ne va pas rappeler les blocages imposés à Huawei par l’administration américaine et qui semblent avoir pour objectif d’asphyxier l’entreprise chinoise. On ignore quelle position prendrait Joe Biden s’il devait être élu le 3 novembre, mais les dirigeants de Huawei ne semblent pas décidés à tout miser sur cette possibilité. A les entendre, pour eux, le chemin est maintenant clairement défini et il consiste à intensifier le développement d’un troisième écosystème.

Après Apple et son App Store, après Google et son Play Store, on a donc Huawei et son AppGallery. Ce dernier a vu presque doubler le nombre de ses développeurs: de 910.000 en 2019 à 1,8 million cette année. Et le nombre d’applications intégrées aux Huawei Mobile Services est passé de 43.000 l’année dernière à 96.000 en 2020.

Il faut encore mettre de l’ordre
On n’en serait qu’aux débuts. Les dirigeants de Huawei semblent décidés à mettre les bouchées doubles. Ils ont revu l’algorithme qui régit la présentation des applications disponibles dans l’AppGallery pour faire apparaître prioritairement celles qui concernent l’utilisateur au plan local. En Belgique, par exemple, dans la catégorie « Actualité et lecture », les applis de la RTBF et des journaux Le Soir et la DH s’affichent parmi les premières. Il reste cependant un effort à faire afin de distinguer la langue de l’utilisateur: à ce stade, un francophone se voit d’abord proposer les applis du Nieuwsblad et de la VRT…

 

23/10: modifications apportées quant au FreeBuds Studio.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *