Catégories
Actualité Android Apple Google Huawei Lenovo Windows

Motorola, Google, Lenovo: qui a gagné, qui a perdu?

Google et Lenovo
Larry Page (Google) & Yang Yuanqing (Lenovo)

Acheter au prix de 12,5 et revendre deux ans et demi plus tard pour 2,91 peut difficilement être perçu comme une bonne affaire. A fortiori quand on ne parle pas d’allumettes, mais de… milliards de dollars.

Aujourd’hui, pourtant, Google se dit très satisfait d’avoir vendu sa filiale Motorola Mobility à Lenovo pour 2,91 milliards de dollars. Il faut dire que, ce qui intéressait avant tout Google lors de l’achat, en 2011, en pleine guerre commerciale avec Apple, c’était les brevets de Motorola. Et ils restent propriété de l’entreprise américaine. En outre, depuis deux ans et demi, la situation du marché a beaucoup évolué, avec un Samsung qui est devenu tout puissant dans le secteur des terminaux mobiles et des concurrents refroidis vis-à-vis d’Android notamment en raison du rachat de Motorola par Google, et qui, pour certains, commencent à se tourner vers d’autres alternatives, qu’il s’agisse de Windows ou de Tizen. En gros, avec cette vente, Google remet les pendules à l’heure et s’offre un vent de liberté de manœuvre. En pouvant se concentrer sur la partie logicielle et la publicité. Sans oublier le développement de plateformes nouvelles. Comme les Google Glass.

Du côté de Lenovo, la reprise de Motorola va servir de cheval de Troie pour mieux pénétrer le marché américain et développer sa gamme pour mieux concurrencer Samsung, mais aussi Huawei, dans un marché mondial qui voit le smartphone prendre l’ascendant sur le « simple » téléphone mobile: en 2013, il s’est vendu dans le monde 55,1% de smartphones (plus d’un milliard d’unités) contre à peine plus de 40% en 2012 (source: IDC).

Une réponse sur « Motorola, Google, Lenovo: qui a gagné, qui a perdu? »

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.