Catégories
Accessoire Actualité Apple Watch

Les Google Glass sont-elles à l’agonie ?

Sergey BrinAvec leur air futuriste, les Google Glass donnent l’impression de sortir tout droit d’un film de science-fiction, mais elles posent surtout beaucoup de questions. En terme de respect de la vie privée, d’utilisation pratique, d’autonomie ou encore d’applications. Et c’est peut-être là que le bât blesse le plus pour Google.

On a vu ces derniers mois de nombreux développeurs arrêter leurs tentatives de développement d’applications. L’éternel problème de la poule et de l’œuf: à partir du moment où le parc de Google Glass vendues auprès d’utilisateurs ne progresse pas ou très peu, les développeurs ne sont guère enclins à s’investir. Pour rentabiliser leurs travaux, ils ont besoin de vendre. Oui, mais à qui, puisque les lunettes ne se vendent pas… Et si elles ne se vendent pas, c’est notamment parce qu’il n’y a pas d’application… On tourne en rond. Et en matière de technologie, cela conduit… en ligne droite vers une voie de garage.

Le clou sur le cercueil (bon, d’accord, l’expression est peut-être un peu forte… ou prématurée), c’est peut-être Sergey Brin – cofondateur de Google et instigateur du concept – qui l’a planté ces derniers jours: lui qu’on ne voyait plus depuis deux ans sans la monture sur le nez, il s’est présenté récemment à une cérémonie officielle sans Google Glass, comme le raconte Reuters. Interrogé sur le pourquoi de cette absence, il a expliqué les voir laissées dans sa voiture. Possible. Mais cela dénote au moins qu’elles ne lui sont pas indispensables. Et cela tombe très mal dans le contexte actuel.

Une fois passé l’effet « Waouw! » des débuts, les Google Glass ne sont jamais parvenues à convaincre. De report en report, la généralisation de leur commercialisation n’est toujours pas intervenue et on commence à se demander si elle interviendra jamais. Certains n’hésitent pas à poser la question de leur existence: les Google Glass sont-elles à l’agonie ? Il est vrai que le concept doit désormais faire face à la concurrence des bracelets connectés et autres smartwatchs dont – aujourd’hui – le potentiel apparaît de façon bien plus concrète, surtout depuis l’annonce de l’Apple Watch.

Cela ne signifie pas que la vague du « wearable » doit oublier les Google Glass. Mais il devient urgent pour ses promoteurs de trouver la « killer application » qui effacera le scepticisme ambiant. A ce stade, ce n’est pas gagné.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.