Catégories
Actualité Jeu vidéo Microsoft PlayStation 4 Sony Xbox

Xbox One et PS4: que choisir?

Xbox OneIl y a des jours, comme ça, où il faut choisir. Et on hésite, on hésite… Allez, au hasard, prenez les consoles de jeu. Dans les derniers modèles, il y a évidemment la Wii U de Nintendo. Mais il y a aussi – qui a dit « et surtout »…? – la future Xbox One de Microsoft et la PlayStation 4 de Sony. Et là, ce n’est vraiment pas évident.

Imaginez: la première des nouvelles consoles à arriver sur le marché sera la Xbox One, planifiée pour novembre alors que sa rivale ne déboulera que « avant les fêtes ». Les mauvaises langues – il y en a toujours – diront que « en novembre », ce peut être le samedi 30. Et que, du côté de Sony, « avant les fêtes » ne signifie pas forcément « juste avant les fêtes ». Par exemple, la semaine prochaine, c’est avant les fêtes. Mais soit! En théorie, la Xbox One devrait être en magasins quelques semaines avant la PS4. Même si, pour l’une et l’autre, ce sera certainement en quantités limitées, selon le principe bien connu: la rareté suscite l’envie et fait accepter des prix. PlayStation 4

Tiens, parlons-en des prix. La PlayStation 4 coûtera 399 euros et la Xbox One 499 euros. 25% de plus. Mais qu’est-ce que 100 euros en temps de crise, hein? Allez, pas grave. D’autant que l’on tient dans les deux cas des machines performantes, permettant de faire plein de choses, comme utiliser ses anciens jeux. Enfin, pas vraiment. Et même pas du tout. Aucune des deux machines n’est rétrocompatible.

Vous avez une centaine de jeux pour PS3 et la même chose pour Xbox 360? Vous pourrez continuer à les utiliser… tant que votre console actuelle ne vous dira pas zut. Après, par contre… Pas bien, ça! Chez Sony, on murmure qu’il sera peut-être possible d’exploiter certains des jeux pour PS3 via Internet, mais on n’est pas encore certain, donc mieux vaut ne pas en parler. Chez Microsoft, au moins, c’est clair: « offrir la rétrocompatibilité, c’est être rétro ». Ce n’est pas gentil gentil, mais cela a l’avantage de dire franchement au consommateur « Tu t’es fait pigeonner: va falloir à nouveau payer ».

C’est une grande qualité, la franchise. Et chez Microsoft, ces derniers temps, on est très franc. Par exemple, on n’hésite pas à dire que le jour où on en aura marre d’un jeu pour la Xbox One, cela ne servira à rien d’essayer de le revendre ou même de le donner à quelqu’un, car le nouveau propriétaire ne pourra pas l’utiliser. C’est qu’en plus d’être franc, on est intelligent, chez Microsoft. Et donc, les ingénieurs ont développé tout un système à base d’un numéro d’identification unique pour chaque exemplaire du jeu et que ce numéro sera vérifié régulièrement via un serveur central. Vous n’êtes pas le propriétaire « officiel » du jeu? Padam! Vous ne pouvez pas jouer. A moins de payer le prix plein. Autrement dit, d’acheter le jeu. Et histoire de rendre le système bien efficace, le contrôle se fait par Internet, ce qui oblige le joueur à disposer d’un accès sinon permanent du moins quotidien. Et s’il y a une longue panne chez votre fournisseur d’accès? Et bien vous ne jouez pas. Cela fait partie de l’intelligence du système. Top! Y a pas à dire, la franchise et l’intelligence, moi, ça m’émeut.

Chez Sony, ils sont probablement beaucoup moins malins: les jeux pour PlayStation 4 pourront être échangés entre joueurs et même revendus. Incroyable!

Evidemment, choisir entre les deux appareils devra tenir compte de l’offre en jeux, mais bon, à ce stade-ci, s’il fallait en prendre une… Pffffft! Bon, d’un côté, on a une console moins chère qui nous laisse faire ce qu’on veut comme on veut avec qui on veut, et de l’autre une machine qui sent bon la franchise et l’intelligence. Il n’y a pas à dire: ce n’est pas facile, la vie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.