Catégories
Actualité Apple Economie Google iPhone LG Electronics Microsoft Nokia Samsung Smartphone Sony

Défaite de Samsung? Victoire pour Microsoft et Nokia!

Au-delà de la condamnation de Samsung et de l’amende d’un peu plus d’un milliard de dollars (un montant qui n’a rien de dramatique pour l’entreprise coréenne), le verdict tombé la nuit dernière doit provoquer des sueurs froides chez d’autres fabricants.

Si Apple s’est d’abord attaqué à Samsung, c’est parce qu’il est le plus grand fabricant de smartphones au monde.

Fort de la jurisprudence qui va découler tout naturellement de ce procès, les avocats d’Apple devraient logiquement avoir du travail pour les semaines à venir. Ils devraient aller frapper à la porte de HTC, LG Electronics, Sony et pas mal d’autres.

Car même si certains (on pense à HTC) ont eu le bon goût de rajouter une surcouche à l’interface d’Android afin de personnaliser leurs appareils, il reste des « similitudes » qui rejoignent celles de Samsung.

Le grand perdant d’hier soir n’est pas Samsung, mais Google.

On l’a très vite compris chez Microsoft. Dès l’annonce du verdict, Bill Cox, directeur du marketing de Windows Phone, réagissait sur Twitter (photo) avec un « Windows phone is looking gooooood right now. »

Qu’on l’aime ou qu’on ne n’aime pas, l’interface de l’actuel système d’exploitation Windows Phone est entièrement différente de celle de l’iPhone et de l’iPad. Microsoft a eu la lucidité et le bon goût de développer un concept original et intelligent qui se différencie. Le verdict de la nuit dernière pourrait initer certains fabricants à se détourner – peut-être provisoirement – des risques liés à Android. Et comme les alternatives sont tout sauf nombreuses, ils pourraient aller rejoindre le camp Windows Phone.

La joie de Bill Cox doit être partagée chez Nokia. A quelques semaines de la présentation de nouveaux smartphones par l’entreprise de Finlande, l’évocation d’un blocage des ventes de nombreux appareils de Samsung pourrait sonner comme une opportunité pour Nokia de regagner des parts de marché à l’entreprise qui l’a remplacée comme numéro un mondial.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.