Catégories
Actualité Apple Economie iPhone Lenovo Samsung Smartphone

Qui veut acheter un smartphone Motorola?

MotorolaOn peut avoir été le numéro un du téléphone mobile (avant Samsung et même avant Nokia), on peut être aujourd’hui une filiale du numéro un mondial de l’informatique et néanmoins rencontrer des difficultés sur les marchés. Bref, ça ne va pas très fort pour Motorola, désormais division de Lenovo.

Côté PC, la part de marché mondiale de Lenovo aurait progressé d’un an pour atteindre 20,6% (contre 18,3% pour le second, HP). Lenovo est même devenu numéro trois sur le marché américain (13%). Mais le nombre d’ordinateurs vendu, lui, est en baisse: – 7,1%…

Et puis, il y a les difficultés d’intégration de Motorola Mobility, rachetée à Google voici 18 mois pour un peu moins de 3 milliards de dollars. Les ventes de terminaux Motorola n’ont atteint « que » 5,9 millions d’unités, ce qui ne permet pas encore d’engranger de bénéfices. Résultat: Lenovo va licencier 3200 personnes (sur un total de 60.000). Objectif: économiser 1,35 milliard de dollars sur un an.

Officiellement, cette décision ne change rien à l’objectif de Lenovo: devenir le numéro trois mondial du smartphone derrière Samsung et Apple. Les dirigeants indiquent aujourd’hui qu’il faudra encore de six à neuf mois pour compléter la restructuration de Motorola. On le leur souhaite. Mais ils ont du pain sur la planche. En Belgique, il faut se lever tôt, aujourd’hui, pour dénicher un appareil de la marque dans les magasins (rien chez Vanden Borre, un malheureux modèle décliné en deux coloris, le Nexus 6, chez Krëfel). Et ne demandez pas à un ado s’il serait intéressé par un modèle de la marque: il ne la connaît pas. Il est vrai qu’elle est totalement absente du paysage médiatique et ne possède même pas un site belge spécifique. Rien à voir avec la présence en France.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.