Catégories
Actualité Apple Economie Google iPad iPhone Proximus

Apple, d’abord opérateur virtuel, puis…

Apple SIMAux Etats-Unis, la version 3G de l’iPad Air 2 ou de l’iPad Mini 3 est fournie d’origine avec la carte Apple SIM, une carte Sim tout à fait traditionnelle si ce n’est qu’elle ne vient pas d’un opérateur (comme, en Belgique, Proximus, Mobistar ou Base), mais d’Apple. Dans sa volonté de contrôler et optimiser au maximum l’expérience utilisateur, l’entreprise californienne a négocié des accords avec plusieurs opérateurs. Selon le message officiel d’Apple, « avec la carte Apple SIM, votre iPad reste connecté dans plus de 90 pays (NDLR: dont la Belgique) et territoires à travers le monde. Une fois arrivé à destination, il vous suffira de choisir un forfait de données cellulaires directement sur votre iPad pour vous connecter immédiatement. Et comme l’iPad n’est pas verrouillé, vous pourrez aussi utiliser une carte SIM d’un opérateur local si cela correspond mieux à vos besoins. » Une belle idée… mais qui n’emporte pas l’adhésion complète (c’est un euphémisme) des opérateurs, très frileux à l’idée de voir leur rôle et leur image s’effacer derrière celui et celle d’Apple.

On peut aujourd’hui acheter la carte Apple SIM en Allemagne, en Australie, au Canada, en Espagne, aux Etats-Unis, en France, en Grande-Bretagne, en Italie, aux Pays-Bas, en Suède, en Suisse ou encore en Turquie. Des accords ont été noués avec plusieurs opérateurs dont T-Mobile, Sprint ou GigSky. Mais il semble aujourd’hui qu’Apple soit désireux d’aller plus loin. Des discussions seraient en cours afin d’élargir les accords et de toucher davantage d’opérateurs, notamment en Europe. Pas gagné! C’est que les ambitions d’Apple ne se limitent pas à devenir un simple opérateur de réseau mobile virtuel (MVNO: « Mobile Virtual Network Operator ») comme Mobile Vikings, Allo RTL ou Aldi Talk. A terme, l’objectif serait de permettre à l’appareil de « sauter » d’un réseau à l’autre pour offrir chaque fois l’accès au plus performant disponible à ce moment et ce, sans intervention de l’utilisateur. Simple.

Mais si le client dispose directement d’une carte Sim lorsqu’il achète un appareil,  l’opérateur va perdre le contact direct avec ses clients et la valeur commerciale qui y est liée.

Vendre « un package » réunissant l’appareil (l’iPad, l’iPhone voire l’Apple Watch) et l’abonnement? Cela semble tout à fait en phase avec la philosophie d’Apple et pourrait lui permettre d’offrir un service supérieur à ses clients. Google l’a bien compris, qui s’est lancé sur la même piste avec son projet Fi, une formule qui voit les communications passer tantôt par un réseau cellulaire tantôt par le Wi-Fi en fonction des possibilités du lieu et du moment. Quant à savoir si et quand tout cela va se concrétiser de façon étendue pour le consommateur lambda… Probablement pas avant quatre à cinq ans. Au mieux.

 

Démenti d'AppleMISE A JOUR: Hier, en fin de journée (pour l’Europe), Apple a publié un démenti officiel. Ce qui, en soit, est intéressant. En général, l’entreprise ne se donne pas la peine de réagir aux « rumeurs ». Si elle le fait ici et aussi vite, c’est parce que le sujet est sensible et qu’il faut à tout prix éviter de se mettre à dos ces partenaires incontournables que sont les opérateurs.
Mais cela ne signifie absolument pas que le sujet n’est pas/plus d’actualité. Ce ne serait pas la première fois qu’une entreprise – et notamment Apple – nie un fait pourtant bien réel.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.