Catégories
Actualité Nokia Smartphone

Nokia passe (enfin) à la 5G

22 septembre 2020 – Annoncé en mars dernier, le Nokia 8.3 débarquera en magasins le vendredi 25 septembre. Enfin…, dans les magasins de Belgique. Une fois n’est pas coutume, notre pays sera en effet servi (un tout petit peu) avant les autres.

Nokia 8.3 bundle

Nouveau modèle « flagship » de HMD Global, le Nokia 8.3 est le premier smartphone 5G de l’entreprise finlandaise. Il est équipé d’un processeur Qualcomm Snapdragon 765G 5G et d’un quadruple capteur photo avec optiques Zeiss, positionné au centre de la face arrière. Il comprend un capteur principal 64 MP, un capteur de profondeur pour portraits et effets bokeh de 2 MP, un objectif ultra grand-angle de 12 MP et un objectif macro de 2 MP. L’écran FHD+, au format 20:9, mesure 6,81 pouces (1080×2400).
Le Nokia 8.3 est équipé d’une batterie 4500 mAh. Il sera proposé en deux versions: 6 Go de Ram et 64 Go de stockage (599€) et 8/128 (649€). Ce montant couvre un abonnement de six mois au service Google One (stockage dans le cloud).

Deux autres modèles, moins chers

Le Nokia 2.4 se veut nettement plus accessible. Annoncé à 119€ (prix recommandé), cet appareil est doté d’un écran 6,5 pouces – également au format 20:9 (1600 x 720) – d’une batterie 4500 mAh et d’un capteur photo arrière de 13 MP. Il tourne sous Android 10 et est prêt pour Android 11.

Parallèlement, on voit arriver le Nokia 3.4. Un rien plus coûteux, il propose un écran HD+ de 6,39 pouces (1560 x 720), une batterie 4000 mAh et trois capteurs photo. Même chose: il tourne sous Android 10 et est prêt pour Android 11. Organisé autour du processeur Qualcomm Snapdragon 460, il est disponible dès la fin du mois dans trois configurations (3 Go Ram et 32 Go de stockage ou 3/64 ou 4/64) pour un prix démarrant à 159€.

Les chiffres du marché

Officiellement fondée le 18 mai 2016, HMD Global a réellement débuté ses activités début 2017. En 2019, son chiffre d’affaires a atteint 1,7 milliard d’euros, en baisse par rapport aux 2,4 milliards enregistrés en 2018. Au premier trimestre 2020, elle détenait en Europe de l’Ouest une part de marché de 5% en volume (1,2 millions de téléphones vendus) et de 1% en valeur (source: Strategy Analytics). La différence s’explique par le prix moyen des appareils du fabricant finlandais. Il est sensiblement inférieur à celui de Apple, Samsung ou Huawei, par exemple.
Autrefois leader mondial, la marque Nokia serait aujourd’hui le 13e plus gros vendeur de la planète. En 2019, elle aurait écoulé 14,5 millions de smartphones et 53,2 millions de « featured phones » (traduisez: de « simples » GSM).

Importante levée de fonds

En Belgique, selon Stefan De Clerck (General Manager HMD Global Benelux), la marque Nokia détiendrait aujourd’hui 3% du marché (volume). Une part de gâteau qu’il voudrait porter entre 5 et 10% au cours des prochaines années.
Nul doute que la levée de fonds réalisée le mois dernier sera utile dans cette perspective. Ensemble, Google, Qualcomm et Nokia ont investi 230 millions de dollars dans HMD Global. Un montant apte à aider ses développements en termes de 5G et de conquête du marché africain. Et un triple partenariat qui devrait rassurer et convaincre les opérateurs.

Concurrence et atouts

Si Wiko, l’un de ses principaux concurrents, a pratiquement disparu du paysage (voir « Eclairage » ci-dessous), c’est maintenant surtout du côté de Xiaomi que Stefan De Clerck voit venir la concurrence. Quelles armes HMD Global a-t-elle à sa disposition pour faire face à cet autre compétiteur chinois ? De facto, Nokia reste aujourd’hui pratiquement la dernière et la seule marque de téléphones mobiles d’envergure à pouvoir revendiquer l’identité européenne. Contrairement à d’autres, elle semble aussi résolue à ne pas « acheter » des parts de marché: chacun de ses appareils dégagerait une marge bénéficiaire. En outre, elle entend diversifier sa cible. A côté des consommateurs, elle souhaite ainsi conforter sa position dans le monde des entreprises. Notamment en jouant de la promesse que chaque smartphone Nokia bénéficie de 2 ans de mises à jour du logiciel et de trois ans de mises à jour de sécurité mensuelles. « Ceci permet à nos appareils de bénéficier d’une valeur résiduelle plus importante » souligne Stefan De Clerck.

Entreprises et services

Dans le monde des entreprises, la politique mise en place ces dernières années est cependant plutôt celle du « BYOD » (« bring your own device »). Elle permet à chaque salarié de choisir son smartphone de façon individuelle. « C’est encore souvent le cas en Belgique, confirme Stefan De Clerck. La situation est différente aux Pays-Bas, par exemple, où on a commencé beaucoup plus tôt à s’éloigner de cette approche« .

Pour l’entreprise scandinave, la conquête du marché BtoB passe aussi par le déploiement de services. Comme HMD Connect, une carte SIM internationale qui permet de rester connecté en itinérance dans 120 pays et via 600 réseaux. En Europe, la disparition des frais de roaming atténue l’intérêt de la formule, mais pour une entreprise dont le personnel voyage à travers le monde… Annoncé en début d’année, ce service devrait voir sa commercialisation introduite dès le mois prochain dans plusieurs pays. Pour la Belgique, on évoque une arrivée « à court terme ».

Eclairage

Que ce soit par l’étendue de la gamme ou la politique tarifaire, Wiko était jusqu’il y a peu, l’un des principaux concurrents de Nokia. Plus aujourd’hui: la marque « française » – basée à Marseille, mais appartenant depuis 2018 à Tinno, un groupe chinois – est en perdition. La crise, entamée en 2017, s’est aggravée l’an dernier. Ses deux cofondateurs et le directeur de la filiale belge ont quitté le navire tandis que l’effectif passait d’environ 200 à 90 salariés. Selon Challenges, Wiko paie ainsi « des errements stratégiques et une concurrence accrue avec Huawei et Xiaomi en Europe« . On pourrait probablement ajouter les difficultés de communication entre Marseille et le QG de Tinno sans parler des différences culturelles entre la France et la Chine.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *