Catégories
Actualité Apple Economie Steve Jobs

Xerox est repris par Fujifilm

La nouvelle ne va pas faire sourire Donald Trump: Xerox est repris par Fujifilm. Une référence américaine qui passe sous le contrôle d’une entreprise japonaise!

Si chacun connaît le nom « Xerox », il ne représente pas toujours beaucoup dans nos esprits. Mais aux Etats-Unis, le mot fait partie du langage commun depuis des dizaines d’années. Certains parlent de « Frigidaire » pour évoquer un réfrigérateur? Aux Etats-Unis, « a Xerox machine » signifie une photocopieuse. Même si elle porte un autre label.

L’histoire remonte à la fin des années 50, lorsque Xerox lance la toute première photocopieuse et met ainsi fin à l’usage de papiers carbone pour dupliquer un document tapé à la machine ou écrit à la main. L’engin est énorme, mais s’impose rapidement dans de très nombreuses entreprises. Pour Xerox, créée en 1906, c’est l’heure de gloire et le véritable début d’une exceptionnelle créativité sur le plan technologique, notamment avec son fameux PARC, le Palo Alto Research Center. Il verra l’entreprise être notamment à la base de la création des premiers ordinateurs personnels dans les années 70 avec le Xerox Alto… sans parvenir à en exploiter l’intérêt. Steve Jobs y trouvera la confirmation de ses propres idées et développera l’interface graphique du Lisa (avec le fameux concept WISIWYG) et, par la suite, celle du Macintosh. Entre les deux, Apple tentera de racheter Xerox, sans y parvenir. Même le câble Ethernet qui nous permet aujourd’hui encore de connecter nos ordinateurs au routeur doit son existence à la vénérable entreprise de Rochester.

Rochester? C’est aussi la localité qui abrite le quartier général de Kodak. Et les deux entreprises américaines vont vivre une épopée similaire: elles ne vont pas percevoir l’évolution brutale de leurs marchés respectifs. L’avènement du numérique pour Kodak, l’explosion du cloud, des documents partagés et autres smartphones pour Xerox.

En 1962, Xerox fonde une joint-venture avec Fujifilm – Fuji Xerox – et c’est le Japonais qui est majoritaire, à hauteur de 75%. Aujourd’hui, c’est Fujifilm Xerox qui prend le contrôle de Xerox, les actionnaires de cette dernière ne devraient conserver qu’un peu moins de la moitié de la nouvelle entité. Suite à l’opération, 10.000 personnes, environ, devraient perdre leur emploi.

Dans un communiqué, l’AFP précise que « cette transaction intervient après une fronde de deux gros actionnaires de Xerox, Carl Icahn et Darwin Deason, qui possèdent à eux deux plus de 15% de l’entreprise. Ils ont récemment publié une lettre commune pour pousser l’entreprise à envisager la possibilité de se vendre et ont appelé au remplacement immédiat de son directeur général. Fuji Xerox a en outre été fragilisée l’an dernier par la découverte d’irrégularités comptables remontant à 2010, au sein de ses entités d’Australie et de Nouvelle-Zélande« . La nouvelle entité sera dirigée par l’actuel PDG de Xerox, Jeff Jacobson (celui-là même que Icahn et Deason auraient voulu débarquer). Une concession – d’une durée non précisée – destinée à mieux faire passer la pilule auprès des actionnaires américains?

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.