Catégories
Huawei

HarmonyOS s’affiche, mais pas là où on l’attendait

2 juin 2021 – Huawei a officialisé aujourd’hui HarmonyOS et plusieurs nouveaux produits.

Voilà des mois que Huawei faisait profil bas. Sauf erreur de notre part, ses derniers smartphones – le P Smart 2021 et le Mate 40 – ont été dévoilés en octobre dernier. Depuis,… rien, ou presque. La marque chinoise s’est contentée de sortir des nouveaux écouteurs en mars dernier, les FreeBuds 4i. Elle n’a même pas jugé bon d’annoncer la sortie du smartphone Mate X2… qui ne connaîtra probablement qu’un lancement en Asie.
Cette « discrétion » n’est pas celle à laquelle Huawei nous avait habitués. La raison est bien sûr à trouver du côté des sanctions décidées par l’administration américaine. A cause d’elles, Huawei a dû se réinventer dans l’urgence, tout en voyant sa part du marché mondial des smartphones dégringoler. Elle est passée de 20% au 2e trimestre 2020 à 4% pour les trois premiers mois de cette année (source: Counterpoint).
Dans un tel contexte, les annonces de ce 2 juin 2021 – premier grand rendez-vous international du géant chinois depuis des mois – étaient très attendues.

La star du jour

Dans l’univers des nouvelles technologies, l’élément clé, c’est le système d’exploitation. Apple a MacOS et iOS, Google a Android et Google ChromeOS, et Microsoft a Windows. Empêché d’utiliser une solution américaine, Huawei a choisi de développer la sienne. En partant de la version « open source » d’Android, mais avec une autre approche.
L’idée? Créer un système d’exploitation qui puisse tourner sur n’importe quel appareil. Un smartphone, bien sûr, mais aussi ordinateur, une montre connectée et même – pourquoi pas – un four à micro-ondes ou un grille-pain. Cette approche d’unification transparente des objets connectés (on retrouve l’esprit du futur Fuschia de Google) est résumée par Huawei sous la forme de « 1 + 8 + N ». Et elle se concrétise avec HarmonyOS… dont la version 2.0 a été officialisée aujourd’hui.

On n’en est pas encore à pouvoir juger HarmonyOS par rapport à ses concurrents. Mais il semble s’inspirer d’Android… et d’iOS. On dit « il semble », parce que ce sera surtout sur un smartphone, une tablette ou un ordinateur que l’on pourra juger. Et aujourd’hui, le fabricant chinois n’a dévoilé aucun nouvel appareil de ce type pour le marché belge.

La montre est à l’heure

Chez nous, les premiers à arriver seront la nouvelle Huawei Watch 3 (18 juin) et la Watch 3 Pro, une semaine plus tard. Leurs prix seront respectivement de 369 et de 599€. L’offre de lancement assurera aux premiers acheteurs un exemplaire des FreeBuds 4i et six mois d’accès au service de streaming Huawei Music.

Huawei Watch 3

Jusqu’à 14 jours d’autonomie

Compatibles avec l’eSim (mais on ne sait pas encore avec quel opérateur en Belgique), les nouvelles montres connectées de Huawei conservent le format circulaire. Sur le côté droit, elles adoptent une molette de défilement (qui rappelle celle de l’Apple Watch).
L’écran AMOLED de 1,43 pouce affiche une grille d’applications sur laquelle on peut zoomer et « dézoomer ». Habitué des autonomies qui font baver du côté de Cupertino, Huawei promet 3 jours en mode 4G. Et jusqu’à 14 jours hors mode cellulaire. Avec la Watch 3 Pro – un peu plus imposante -, cela atteint respectivement 5 et 21 jours.
Parmi de nombreux autres capteurs, la montre embarque un détecteur de chute (comme sur l’Apple Watch) et un capteur de température de la peau (comme chez Fitbit). On note aussi plus de 100 modes d’exercices.
En chasse permanente de soutiens envers son nouvel OS, Huawei n’a pas manqué d’annoncer le support des serrures connectées Nuki. Il sera possible d’ouvrir et de fermer une porte équipée de ce système au départ de la nouvelle montre de Huawei.

Réduction de bruit, mais…

La deuxième grande nouveauté du jour porte le nom de FreeBuds 4. Il s’agit d’écouteurs sans fil à réduction de bruit, mais sans isolation passive. Autrement dit, sans embouts en caoutchouc. Ces derniers sont plus efficaces pour atténuer le bruit environnant, mais sont parfois jugés moins confortables surtout pour de longues périodes.
Ici, Huawei a conçu un design « open-fit » qui s’adapterait aux conduits auditifs de la majorité des utilisateurs. Au terme d’une première prise en mains oreilles, l’impression est très positive.

Le système de réduction de bruit présent atteindrait 25 dB. Ici, l’autonomie annoncée atteint 4 heures  et jusqu’à 22 heures avec le boîtier.

Huawei FreeBuds 4

Les FreeBuds 4 embarquent des transducteurs dynamiques de 14,3 mm et pèsent chacun 4,1 grammes. Ils seront commercialisés à partir du 23 juin au prix de 149€. Cadeau pour les premiers acheteurs: un exemplaire du capteur d’activité Band6 et six mois d’accès au service de streaming Huawei Music.

Un écran pour travailler, un autre pour jouer

Pas (encore?) de téléviseur chez Huawei, mais deux moniteurs 4K. particularité: il suffira d’un câble pour les relier au laptop et en afficher l’image tout en rechargeant sa batterie.
Le MateView (28,2 pouces; format 3:2) se destine d’abord au travail. Prix annoncé: 699€.

Huawei MateView

Avec son écran incurvé, le MateView GT (34 pouces; format 21:9) vise le gamer. Il offre une définition WQHD et un taux de rafraichissement de 165 Hz. Pour ceux qui ont des ambitions et des moyens, il sera possible d’en aligner trois afin de former tout un arc d’action devant soi. Il sera proposé avec barre de son (549€) ou sans (499€).

Huawei MateView GT

Les deux MateView devraient être disponibles vers la mi-août.

 

 

 

 

 

 

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.